Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2012

Les mois de juillet sont meurtriers

La dépression saisonnière est un syndrome désormais connu et reconnu.

Je sais ce que c'est, j'en souffre.

De novembre à janvier le manque de lumière me transforme en bulot neurasthénique. 

Je m'enferme chez moi, je me gave de gras et de sucré et je compte les jours jusqu'au moment où il y a encore un peu de lumière quand on sort du travail.

Tous les ans je me dis que je vais acheter une lampe de luminothérapie histoire de vaincre ce blues saisonnier.

Tous les ans, les près de 300 euros pour un usage de 2/3 mois par an me font reculer. Sans parler du fait que l'engin prend quand même une certaine place...

Je me contente de me recroqueviller en pleurant sur mes orteils. En attendant d'aller mieux.

Ce qui est le cas la plupart du temps sur les 9 mois restants.

Sauf...

... Au mois de juillet.

Le mois de juillet est meurtrier.

C'est mon mois de naissance mais curieusement, j'ai généralement hâte qu'il se finisse.

Quand ce ne sont pas les tuiles ou les pépins techniques ou de santé qui tombent de manière systématique pour moi ou mes proches, (soyons un peu superstitieux, nous avons le droit), et une accumulation d'ennuis récurrente au fil des ans est là pour le prouver,  c'est un bourdon récurrent et persistant qui m'envahit du 1 au 31.

Rappel des années qui passent ? Lumière trop crue ? Jours trop longs ? Cassure brutale du rythme habituel ?  Potes qui partent de leurs côtés ? Influence de l'hérédité d'un père qui m'a répété tant de fois qu'il n'aimait pas le mois de juillet ?

Probablement un mélange de tout ce qui précède.

Je n'ai pas d'explication convaincante à fournir, alors que l'été devrait être une période plutôt enjouée et optimiste pour le commun des mortels.

Pour débuter le mois, j'ai des souvenirs cuisants de jours d'anniversaire où, calendrier des vacances aidant, mes copines étaient toutes parties. Même si cet anniversaire avait été fêté avant, et même si mes parents s'employaient à me gâter, la journée me laissait toujours un goût un peu triste et amer.

Cette impression n'a jamais disparu au fil des ans. Je n'aime pas le jour de mon anniversaire. Je m'arrange d'ailleurs souvent pour être partie, loin, de préférence.

Après j'attends que le mois se déroule. En croisant les doigts pour qu'une tuile majeure ne tombe pas du toit de ma malchance pour s'écraser sur mes chaussures.

Cette année à part un bourdon intense et un petit problème dentaire, rien de notable.

Mais bourdon intense néanmoins.

Du genre "tout va mal, personne ne m'aime, et je suis un désastre ambulant"

Et là pas question de se mettre sous une lampe de luminothérapie pour se remonter le moral. 

Quoique, vu le temps calamiteux qu'il fait souvent, et encore cette année sur le nord de la France,  finalement la luminothérapie ne serait pas du luxe.

En attendant, nous sommes en août, le mois terrible est terminé. Je peux donc profiter de la douceur de la quinzaine la plus calme de l'année sur Paris avant que mes concitoyens grincheux et malaimables ne rentrent de la côte d'azur.

Et attendre sereinement le mois de novembre. 

Pour pouvoir pleurnicher et me plaindre tout à loisir. 

J'adore ça finalement...

 

vluminotherapie1.jpg

J'espère que j'ai l'air moins gourde devant mon mac...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : blues, été, juillet, déprime, saisonnière | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

C'est septembre mon mois "bourdon". Chaque rentrée (mon emploi fonctionne sur le calendrier scolaire), le rush mêlé à l'incertitude ...Septembre ça craint !
Quand à l'air "nouillasse" de la dame je ne garantie pas que mes lectures blogesque me donne l'air plus alerte ?!

Écrit par : Poulette Dodue | 06/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bon ça te laisse pas beaucoup de temps de smile tout ça!! Néanmoins, il parait que c'est le prix de l'inspiration et à te lire, je pense que ça se confirme.

Écrit par : Léo et Bambou | 06/08/2012

Répondre à ce commentaire

Au final, t'as pas tant de mois de répit que ça, merde... moi je suis pas sûre d'avoir un mois que je crains plus qu'un autre... si, pendant un moment ça a été le mois de décembre, mais je crois que j'ai cassé la spirale infernale du bourdon !
A part ça, je te vois pas trop sourire bêtement devant ton mac comme ça, toi. Je suis sûre que même un lolcat te donnera pas cet air là.

Écrit par : Amy / Kahlan | 06/08/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire